Prix littéraires français

Prix Goncourt

Le Prix Goncourt, créé en 1896, récompense des auteurs d'expression française. Ce prix annuel est décerné au début du mois de novembre par l'Académie Goncourt, après trois présélections successives, en septembre et en octobre, parmi les romans publiés dans l'année en cours. C'est le prix littéraire français le plus ancien et considéré comme le plus prestigieux. C'est Leïla Slimani qui a remporté Le Prix Goncourt 2016 avec son roman Chanson Douce. Le livre a été traduit par Amelie Thoma et est paru aux éditions Luchterhand. Le roman Boussole, de Mathias Enard, Prix Goncourt 2015, a été traduit en allemand par Holger Fock et Sabine Müller et publié aux éditions Hanser en août 2016. Lydie Salvayre a été la lauréate 2014 avec son roman Pas pleurer (publié aux éditions du Seuil). La traduction allemande (par Hanna van Laak) Weine nicht est parue chez Blessing Verlag.

Prix Renaudot

Le Prix Renaudot est un prix littéraire créé en 1926 par dix journalistes et critiques littéraires. Yasmina Reza a reçu le prix Renaudot 2016 pour Babylone, publié chez Flammarion. La traduction allemande (Frank Heibert et Hinrich Schmidt-Henkel) est parue aux éditions Hanser. Delphine de Vigan a remporté l'édition 2015 avec D'après une histoire vraie (Lattès). Le roman est sorti en allemand (traduction de Doris Heinemann) sous le titre Nach einer Wahren Geschichte (Dumont Verlag). David Foenkinos avait remporté le prix en 2014 avec Charlotte, publié aux éditions Gallimard et traduit en allemand chez DVA.

Prix Femina

Le Prix Femina est un prix littéraire français créé en 1904 dans le but de constituer une autre proposition face au Goncourt qui consacrait de facto des hommes. Marcus Malte a remporté le Prix Femina 2016 avec son roman le Garçon. Le roman est toujours en attente d'une maison d'édition allemande pour être traduit. Le premier roman de Christophe BoltanskiLa Cache a remporté le Prix Femina en 2015. Le roman est paru en allemand aux éditions Hanser en 2017. L'auteure haïtienne Yanick Lahens a reçu, le 3 novembre 2014, le prix Femina pour son livre Bain de lune, publié chez Sabine Wespieser éditeur.

Prix du Roman de l’Académie française

Le grand Prix du roman est un prix littéraire créé en 1915 et décerné chaque année par l'Académie française au mois d'octobre. Il ouvre traditionnellement la saison des prix littéraires français. En 2016, c'est Adélaïde de Clermont-Tonnerre qui a remporté ce prix avec  Le Dernier des nôtres. Le roman est toujours en attente d'une maison d'édition allemande pour être traduit. En 2015, le prix a eu deux lauréats : Boualem Sansal pour son roman 2084 (Gallimard) et Heddi Kaddour pour Les Prépondérants (Gallimard). 2084 a été traduit en allemand par Vincent von Wroblewski aux éditions Merlin ; Les Prépondérants sortira en Allemagne chez Aufbau en 2017.

Prix Nobel de littérature

Le Prix Nobel de littérature récompense annuellement, depuis 1901, un écrivain dont l’œuvre, selon le testament du chimiste suédois Alfred Nobel, « a fait la preuve d'un puissant idéal ». Il a été décerné en 2014 à l’écrivain français Patrick Modiano. Patrick Modiano est le quinzième auteur français à recevoir le Prix Nobel de Littérature le 9 octobre 2014, pour « l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l’Occupation », selon l’Académie suédoise.

Liste des lauréats

1901 : Sully Prudhomme, premier lauréat du Nobel de Littérature pour son œuvre poétique ;

1904 : Frédéric Mistral, pour l’ensemble de son œuvre, rédigée en Provençal (seul lauréat du Nobel de Littérature pour une langue qui n’est pas officielle) ;

1915 : Romain Rolland, pour son engagement romanesque qui s’oppose à la poursuite de la guerre ;

1921 : Anatole France, pour l’ensemble de son œuvre, considérée comme l’une des plus importantes sous la Troisième République ;

1927 : Henri Bergson, pour son œuvre philosophique ;

1937 : Roger Martin du Gard, pour l’ensemble de son roman-fleuve, roman en huit volumes qu’il a rédigés en vingt ans;

1947 : André Gide, pour l’ensemble de son œuvre ;

1952 : François Mauriac, pour l’engagement politique de son œuvre romanesque ;

1957 : Albert Camus, pour son engagement politique et littéraire

1960 : Saint-John Perse, pour son engagement politique en sa fonction de diplomate écrivain ;

1964 : Jean-Paul Sartre, pour l’ensemble de son œuvre. Il refuse cependant le prix, car selon lui « aucun homme ne mérite d’être consacré de son vivant » ;

1985 : Claude Simon, pour la représentation de la condition humaine dans son œuvre romanesque ;

2000 : Gao Xingjian, pour ses romans et pièces de théâtre universelles, entre cultures française et chinoise ;

2008 : Jean-Marie Gustave Le Clézio, pour son œuvre romanesque aventurière et poétique.